Hydrogène - énergie

L’axe hydrogène-énergie du projet « Transformation d’un Territoire Industriel » s’appuie sur l’écosystème territorial historique développé depuis 20 ans à Belfort par la Fédération de Recherche FC Lab et par la Région, labellisée Territoire d’Hydrogène.

L’ensemble des projets inscrits au projet crée une dynamique de construction d’une filière industrielle de l’hydrogène-énergie et de développement de ses usages, en mobilité, en équipement et en service. La filière entraine avec elle un écosystème de sous-traitants, équipementiers et systémiers sur ces nouveaux marchés, et de faire du territoire le cœur de la filière hydrogène en France.

Vous avez dit hydrogène ?

> En savoir plus

Les actions

Les 1eres actions permettant d’installer les fondements d’une filière industrielle H2 sont la création d’une station multimodale de production et de distribution d’H2 décarboné (c’est-à-dire à partir d’énergies renouvelables), le développement d’un réseau de bus fonctionnant à l’H2, c’est-à-dire sans émission de CO2 , les essais de locomotives de fret fonctionnant à l’H2 par Alstom, la création de l’Institut National de Stockage d’Hydrogène (ISTHY) par Rougeot Energie et la construction de logements sociaux dont les besoins énergétiques (électricité, eau chaude, etc.) seront gérés par de l’énergie-H2.

Le développement de la filière industrielle de l’hydrogène (H2), pour des usages mobilités et stationnaires et pour la production d’équipements et de services, est un relais de développement à fort potentiel pour les industries régionales qui bénéficient des savoir-faire hérités des filières territoriales historiques des transports et de l’énergie (voir carte) :

  • Les grands groupes sont en plein développement de solutions H2 : par exemple, Alstom développe une solution de fret ferroviaire à l’H2 (4) et Faurecia crée une chaîne de production de réservoirs H2 (9).

  • Les PME, TPE et ETI témoignent d’un dynamisme et d’une adaptabilité forts dans le domaine : Rougeot Energie, entreprise familiale et locale, crée l’ISTHY, centre de recherche et de formation sur le stockage de l’H2 (2) et Territoire Habitat expérimente la construction de bâtiment à énergie passive par l’H2 et le stockage d’énergie par pile à combustible (6).

  • Les start-up sont particulièrement innovantes dans la production d’équipements H2 : H2SYS produits des générateurs d’H2 (4) ou HYBAN développe une solution pour l’alimentation en H2 de data center, réduisant ainsi fortement leur émission de gaz à effet de serre (8) par exemple.

  • Les collectivités locales soutiennent également le développement des usages de l’H2, notamment avec le renouvellement de la moitié de la flotte de bus du SMTC par des bus H2 en 2025, avec une première livraison de 7 bus prévue en 2022 (5).

  • Enfin, les établissements d’enseignement supérieur et de recherche sont très présents, grâce notamment à leur vision pionnière dans les années 2000, avec la fédération FCLAB (1) ou le projet d’autoproduction et d’autoconsommation Campus H2 UTBM sur le Techn’hom (8). Les formations dans le domaine de l’hydrogène sont également nombreuses en Nord Franche-Comté, notamment par le Cursus Master en Ingénierie (CMI) Energie hydrogène et efficacité énergétique, ou le CMQ d’excellence Mobicampus, formant du CAP au doctorat à tous les métiers de la filière H2.

L’ensemble de ces initiatives forment un écosystème dynamique et résilient, dont le projet central est la création d’une station multimodale de production et de distribution d’H2 décarboné (9). Cette station pourra répondre à la fois aux besoins d’H2 des industriels et des chercheurs et à ceux des bus H2 du SMTC, consolidant ainsi le développement de la filière et de ses usages. Pierre angulaire du territoire H2 du Nord Franche-Comté, elle permettra la production locale d’H2 à partir d’énergies renouvelables et témoignera ainsi de la capacité du tissu économique du Grand Belfort de s’illustrer par ses capacités d’innovation et par ses choix fort en faveur de la transition écologique et du développement durable. 

')