Le plan climat met le cap sur la réduction des besoins énergétiques

Le scénario et la stratégie territoriale du Plan Climat air-énergie territorial (PCAET) du Grand Belfort ont été officiellement présentés le 25 novembre. La priorité pour le territoire est de réduire les besoins énergétiques.

Dans le cadre de l’élaboration de la stratégie territoriale du Plan Climat Air-Energie-territorial (PCAET) du Grand Belfort une réunion s’est tenue le 25 novembre. Elle a permis de présenter le contenu des échanges qui ont eu lieu le 18 octobre dernier, afin d’envisager plusieurs scénarios et stratégies possibles.

Les discussions se sont concentrées autour de sept thématiques : habitat et urbanisme, agriculture, biodiversité et alimentation, mobilité, économie locale, tourisme et déchets, production d’énergies renouvelables, exemplarité des collectivités (intercommunalité et communes), et enfin culture commune et mobilisation des acteurs.

L’objet de ces discussions était de « se projeter dans l’avenir » et « d’imaginer à quoi pourrait ressembler le territoire de GBCA sur le long terme », a déclaré Marie-Laure FRIEZ, vice-présidente chargée de l’écologie et du développement durable.

Le scénario et la stratégie ont été discutés avec l'appui du bureau d’études puis défini précisément par les élus du Grand Belfort. La priorité sera de réduire les besoins énergétiques du territoire selon trois principaux objectifs :

  • Recherche de la sobriété énergétique des bâtiments, avec le développement de l’accompagnement à la rénovation énergétique
  • Développement de mobilité alternative à la voiture : développement des voies cyclables du covoiturage, augmentation du niveau de service des transports en commun
  • Exemplarité des collectivités au niveau notamment de la planification de rénovation des bâtiments publics et de solutions innovantes (biomatériaux, architecture bioclimatique, énergie renouvelable…), optimisation de l’éclairage public.

Le développement des énergies renouvelables est aussi l’une des priorités, avec la production d’énergie renouvelable diversifiée (réseaux de chaleur, chaufferies bois, photovoltaïque, méthanisation, éolien) en concertation et coordination avec les partenaires.

Ces adaptations devront se faire en partenariat avec la population et les acteurs économiques. Un point d’honneur sera fait sur la communication publique large tout au long de la mise en œuvre du plan climat. Les élus, les agents et les habitants seront sensibilisés aux enjeux climatiques.

Autre point abordé : le développement d’une économie pour répondre aux besoins de la transition énergétique (rénovation, éco-matériaux, économie circulaire, recyclage de matériaux, ingénierie technique, formation, etc.).

Le territoire devra diversifier la production locale agricole tout en préservant la biodiversité et s’adapter aux épisodes de sécheresse. Enfin, les communes et propriétaires forestiers devront poursuivre leurs efforts pour une gestion durable des forêts et la plantation progressive d’espèces diversifiées et adaptées au changement climatique.

Après la définition de la stratégie, la prochaine phase de construction du plan d’actions s’engagera début 2022. « On va rentrer dans le vif du sujet, avec les partenaires, pour réfléchir aux pistes d'actions », confie Myriam Riche, responsable Environnement. « En janvier, deux forums seront organisés, traitant des sept thématiques du Plan climat sous la forme d'ateliers, afin d'identifier les leviers d'actions ».

Les remarques faites par les citoyens via le forum en ligne, notamment sur la question des mobilités, seront également prises en compte.

C’est pourquoi la participation des habitants du Grand Belfort est essentielle. Le forum en ligne reste ouvert pendant encore plusieurs mois via le lien : https://planclimat-grandbelfort.fr


')